LA MAIRIE RECRUTE DES ANIMATEURS POUR L'ALAE - CONTACT : DELPHINE AU 05.61.85.42.28

Close

Communiqué de V. Volto

Mesdames, Messieurs,

Aucune femme, aucune fille, dans le monde, n’est à l’abri de subir des violences en raison de son sexe. Ces violences ne connaissent ni frontières géographiques, ni frontières sociales. Elles peuvent toucher les femmes, dans l’espace public, comme dans la sphère privée, dans la vie familiale, conjugale ou professionnelle.Selon la convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe de 2014, sont condamnables tous les actes de violence fondés sur le genre qui entraînent ou sont susceptibles d’entraîner pour les femmes qui en sont victimes, des dommages ou des souffrances physique, sexuelle, psychologique et socio-économique, notamment les violences conjugales ou intra familiales ou encore la prostitution, les mutilations, les mariages forcés, les violences au travail, … les viols, où dans 80 % des cas, la victime connaît son agresseur et pour lesquels le nombre de plaintes a augmenté de 30 % en trois ans.

Selon la convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe de 2014, sont condamnables tous les actes de violence fondés sur le genre qui entraînent ou sont susceptibles d’entraîner pour les femmes qui en sont victimes, des dommages ou des souffrances physique, sexuelle, psychologique et socio-économique, notamment les violences conjugales ou intra familiales ou encore la prostitution, les mutilations, les mariages forcés, les violences au travail, … les viols, où dans 80 % des cas, la victime connaît son agresseur et pour lesquels le nombre de plaintes a augmenté de 30 % en trois ans. En 2019, 149 féminicides se sont produits en France, dont 3 en Haute-Garonne.Les violences faites aux femmes ne sont plus un tabou. Elles sont reconnues comme un problème sociétal, conséquence des inégalités entre les femmes et les hommes. Elles nécessitent donc une réponse adaptée des pouvoirs publics.

Dans ce contexte, l’assemblée départementale a adopté le 25 juin 2019 un plan d’actions pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et le 29 janvier 2020 un nouveau plan d’actions dédiées à la prévention et à la lutte contre les violences faites aux femmes et destinées à renforcer nos interventions aux côtés de nos partenaires, les services de l’Etat, la Justice et les associations spécialisées.

Le Département est déjà fortement impliqué avec l’accueil, l’information et l’accompagnement menés par des professionnels auprès des victimes et s’engage à créer des lieux d’accueil dédiés pour la mise à l’abri, consolider la protection de l’enfance et le soutien à la parentalité, tout comme le soutien aux acteurs engagés dans la prise en charge et l’accompagnement social et médico-social nécessaire des auteurs de violences afin d’éviter les récidives, car la protection des victimes passe aussi par la prévention et par la prise en charge des auteurs.

De nouvelles places d’hébergement dédiées prioritairement aux mères isolées ayant des enfants de moins de trois ans, en proximité, seront mises à disposition sur tout le territoire de la Haute-Garonne.

Ces nouveaux dispositifs viennent renforcer ceux existants, tels que l’ordonnance de protection ou le téléphone grave danger, que le Conseil départemental soutient déjà dans le cadre de sa convention avec le Tribunal de Grande Instance de Toulouse et l’association France Victime 31.

Pour mieux vivre ensemble, nous devons faire avancer notre société ensemble.

Bien cordialement.

Véronique Volto

Vice-Présidente du Conseil départemental de la Haute-Garonne, chargée de l’action sociale Séniors, conseillère départementale du canton de Léguevin

Permanence le samedi matin à l’espace Chiomento à Grenade sur rendez-vous au 05.34.33.32.08.